gtag('config', 'UA-139469104-4', { 'optimize_id': 'GTM-KCGS4VF'});

Facebook interdit les comptes liés au mouvement anti-gouvernement américain «  Boogaloo  »

  • Home
  • News
  • Facebook interdit les comptes liés au mouvement anti-gouvernement américain «  Boogaloo  »
Facebook interdit les comptes boogaloo

 

Facebook Inc a intensifié la bataille contre le mouvement anti-gouvernemental « boogaloo » amorphe mardi, interdisant les comptes d’adhérents qui ont encouragé la violence lors des récentes manifestations antiracistes, à travers les États-Unis.

La société de médias sociaux a pour la première fois désigné un sous-ensemble de partisans de Boogaloo, comme une organisation dangereuse. Les marquant pour les mêmes sanctions que Facebook applique à 250 groupes et organisations suprémacistes blancs qu’elle classe comme soutenant le terrorisme dans le monde.

Cette décision est intervenue quatre jours après que le procureur général William Barr a mis en place un groupe de travail du ministère de la Justice pour lutter contre les extrémistes anti-gouvernementaux violents, y compris Boogaloo ainsi que le mouvement antifa de gauche.

Le nom du mouvement boogaloo

Le nom du mouvement boogaloo est inspiré du film de breakdance « Breakin ‘2: Electric Boogaloo » de 1984. Les suiveurs suggèrent que, tout comme le film était une suite, tout conflit à venir serait la suite de la guerre civile américaine.

« Ce réseau violent est interdit d’avoir une présence sur notre plate-forme et nous supprimerons le contenu faisant l’éloge, le soutenant ou le représentant », a déclaré Facebook dans un blog.

« Il encourage activement la violence contre les civils, les forces de l’ordre et les fonctionnaires et institutions gouvernementales. »

L’équipe Facebook

Facebook a déclaré que sa politique était un instrument brutal qui comprenait la suppression des éloges pour le réseau interdit, et les photos partagées, de sorte que beaucoup de ceux qui pensaient que les messages étaient drôles verront également leur matériel retiré.

Le réseau ciblé comprend 106 groupes Facebook et 220 comptes, et 400 autres groupes ont également été supprimés pour l’hébergement de contenu similaire.

Les procureurs ont lié les adeptes du boogaloo à plusieurs incidents violents lors de la récente vague de manifestations à travers les États-Unis après le meurtre de George Floyd par la police en mai à Minneapolis.

Deux hommes inspirés par le mouvement boogaloo ont été inculpés en Californie pour le meurtre d’un gardien de palais de justice au cours d’une nuit de manifestations à proximité.

À Las Vegas, trois personnes qui, selon les procureurs, sont membres du mouvement boogaloo ont été arrêtées et accusées d’avoir planifié d’inciter à la violence et à la destruction lors des manifestations.

Des preuves de l’inquiétude des forces de l’ordre américaines à propos de boogaloo sont apparues dans des documents piratés publiés le 19 juin par le site de fuites Distributed Denial of Secrets.

Des dizaines de documents d’analyse ont conclu que le terme est utilisé par des acteurs racistes et d’extrême droite encourageant la violence contre la police.

Le groupe de défense des droits du Southern Poverty Law Center a déclaré que le terme boogaloo « est régulièrement déployé par des nationalistes blancs et des néonazis qui veulent voir la société sombrer dans le chaos afin qu’ils puissent arriver au pouvoir et construire un nouvel État fasciste ».

SYMBOLES À CHANGEMENT RAPIDE

Au lieu d’utiliser des symboles largement connus, l’imagerie boogaloo évolue rapidement, éliminant même le mot boogaloo en faveur d’homonymes comme gros igloo et grand luau – puis adoptant de nouveaux symboles comme igloos et chemises hawaïennes.

« Les membres de ce réseau cherchent à en recruter d’autres au sein du mouvement boogaloo, en partageant le même contenu en ligne et en adoptant la même apparence hors ligne que les autres membres du mouvement pour le faire ». A déclaré Facebook.

La société a déclaré qu’elle anticipait un cycle compliqué d’objections, d’évasions et d’évolutions alors que certains des titulaires de comptes interdits reviennent sous de nouveaux noms.

Avant le déménagement de Facebook, Reuters s’est entretenu avec deux administrateurs d’une page Facebook boogaloo appelée Big Igloo Bois, créée il y a environ un an, qui compte près de 37 000 abonnés.

Les deux sont des vétérans militaires, un dans la quarantaine de Pennsylvanie et le deuxième dans la trentaine de Caroline du Nord.

S’exprimant sous couvert d’anonymat, ils ont rejeté les accusations selon lesquelles le mouvement boogaloo est extrémiste ou violent.

« Nous sommes farouchement opposés à l’idée d’utiliser la violence pour faire passer votre message.

Nous sommes en quelque sorte enracinés dans l’idée d’être des extrémistes violents parce que nous soutenons le deuxième amendement ». A déclaré l’un des administrateurs en référence au droit de la Constitution américaine.

Le ministère de la Justice, dans une note aux forces de l’ordre et aux procureurs, a déclaré que des extrémistes, y compris des partisans de Boogaloo, avaient commis des actes de violence.

 

Leave a Comment