gtag('config', 'UA-139469104-4', { 'optimize_id': 'GTM-KCGS4VF'});

L’Afrique 2020: meilleur résultat de la croissance du PIB

  • Home
  • News
  • L’Afrique 2020: meilleur résultat de la croissance du PIB
Afrique 2020

L’Afrique 2020: l’économie de l’Afrique devrait croître malgré les chocs externes

Pour la première fois en une décennie, les dépenses d’investissement plutôt que la consommation.Représentent plus de la moitié de la croissance du PIB.

Un rapport appelle à des investissements urgents. Dans l’éducation et les infrastructures, pour de bons rendements du PIB à long terme.

«Le chômage des jeunes est une priorité élevée. Avec environ 12 millions de diplômés sur le marché de travail, tout les ans, et uniquement 3 millions parmi eux obtenant un travail. La montagne du chômage des jeunes augmente chaque année.» Akinwumi Adesina, président, Banque africaine de développement.

Akinwumi Adesina,

Akinwumi Adesina, président, Banque africaine de développement.

La croissance économique de l’Afrique, est restée stable en 2019 à 3,4% ,et devrait atteindre 3,9% en 2020 et 4,1% en 2021.Les Perspectives économiques en Afrique publiées par la Banque africaine de développement ont été publiées jeudi.

La croissance plus lente que prévu, est en partie due à l’expansion modérée des «cinq grands» du continent: Algérie, Égypte, Maroc, Nigéria et Afrique du Sud.

Dont la croissance conjointe était de 3,1% en moyenne, contre 4,0% en moyenne. pour le reste du continent.

L’Afrique 2020 : La publication phare de la Banque, publiée chaque année depuis 2003. Accorde des chiffres clés sur les perspectives et les performances de l’économie africaine

Afrique 2020

L’Afrique 2020,La publication phare de la Banque

L’édition 2020, lancée au siège de la Banque à Abidjan, a réuni l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf. Des ministres africains, des diplomates, des chercheurs, et des représentants de divers organismes internationaux.

Johnson Sirleaf a félicité la Banque d’avoir préservé la confiance des peuples, du continent «… parce que nous vous faisons confiance. Aussi simple que cela. Parce que nous vous faisons confiance pour partager notre vision. Nous vous faisons confiance pour comprendre nos limites. »

Evoquant les économies africaines à la croissance la plus rapide, elle a déclaré: «Il y a des étoiles parmi nous… et nous voulons les applaudir. Nous voulons en voir plus, principalement pour des pays comme le mien, qui ont été laissés pour compte,pour que davantage puisse être fait pour leur accorder le soutien dont ils ont besoin. »

En 2019, pour la première fois en une décennie. Les dépenses d’investissement, plutôt que la consommation, ont représenté plus de 50% de la croissance du PIB.

Ce changement peut aider à soutenir, et potentiellement accélérer le développement future au niveau de l’Afrique.

Accroître la base productive présente et future du continent, tout en améliorant la production de la main-d’œuvre.

Dans l’ensemble, les prévisions décrivent les fondamentaux de la croissance du continent, comme améliorés, entraînés par un glissement progressif vers les investissements, et les exportations nettes, et loin de la consommation privée.

L’Afrique de l’Est a maintenu son avance, en tant que région à la croissance la plus rapide du continent. Avec une croissance moyenne estimée à 5,0% en 2019.

Au niveau de l’Afrique du Nord elle était le deuxième plus rapide, avec 4,1%, tandis que la croissance de l’Afrique de l’Ouest est passée à 3,7% en 2019, contre 3,4% l’année précédente.

Quant a l’Afrique centrale, elle a augmenté de 3,2% en 2019, contre 2,7% en 2018.

Tandis que la croissance de l’Afrique australe a considérablement ralenti. Au cours de la même période, elle a passé de 1,2% à 0,7%.

Tirée par les cyclones dévastateurs Idai et Kenneth.

L’Afrique 2020: Appel urgent pour lutter contre l’éducation en Afrique et l’inadéquation des compétences

L’AEO 2020, sur le thème Développer la main-d’œuvre, de l’Afrique pour l’avenir. Appelle à une action rapide, pour aborder le développement du capital humain, dans les pays africains.

Où la quantité et la qualité du capital humain sont beaucoup plus faibles, que dans d’autres régions du monde.

Le rapport a également noté le besoin urgent de renforcer les capacités, et propose plusieurs recommandations politiques.

Notamment que les États investissent davantage dans l’éducation, et les infrastructures. Afin de récolter les meilleurs résultats, dans la croissance du PIB à long terme.

Développer une main-d’œuvre productive axée sur la demande, pour répondre aux besoins de l’industrie est une autre exigence essentielle.

«L’Afrique doit développer des compétences dans: les technologies de l’information, la communication. Et dans les sciences: la technologie, l’ingénierie et les mathématiques.

La quatrième révolution industrielle, imposera des conditions croissantes, aux systèmes d’éducation. Qui produisent des diplômés versés dans ces compétences. » Note le rapport.

Pour maintenir le niveau actuel de chômage constant, l’Afrique doit créer 12 millions d’emplois chaque année, selon le rapport.

Le changement technologique rapide, devant perturber davantage les marchés du travail.

Il est urgent que les pays s’attaquent aux goulots d’étranglement, fondamentaux pour la création de capital humain. « selon le rapport »

L’Afrique 2020 : Le chômage des jeunes, doit être une priorité.

Avec 12 millions de diplômés entrant sur le marché du travail tout les ans, et uniquement 3 millions parmi eux obtenant un travail.

La montagne de chômage des jeunes augmente chaque année », a déclaré Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement.

Bien que de nombreux pays aient enregistré de solides indicateurs de croissance. Relativement peu ont enregistré des baisses significatives de l’extrême pauvreté. Et des inégalités, qui restent plus élevées que dans d’autres régions du monde.

Essentiellement, une croissance inclusive, enregistrant une consommation moyenne plus rapide pour les pauvres.

Et une inégalité plus faible, entre les différents segments de la population. N’a eu lieu que dans 18 des 48 pays africains disposant de données.

«Alors que nous entrons dans une nouvelle décennie, la Banque africaine de développement, se tourne vers notre peuple.

L’Afrique est dotée de ressources, mais son avenir réside dans son peuple… l’éducation est le grand égalisateur.

Ce n’est qu’en développant notre main-d’œuvre,que nous parviendrons à réduire la pauvreté.

A combler l’écart de revenu entre les riches, et les pauvres. Et à adopter de nouvelles technologies.

Pour créer des emplois dans les secteurs à forte intensité, de connaissances.» a déclaré Hanan Morsy, directeur du Département des politiques macroéconomiques.

Les Perspectives économiques en Afrique, fournissent des preuves, et des analyses à jour convaincantes. Pour informer, et soutenir les décideurs africains.

La publication s’est forgée un solide profil en tant qu’outil d’intelligence économique, de dialogue politique et d’efficacité opérationnelle.

Retrouvez de nouveaux articles sur les derniers inventions humaine, et les actualités du monde sur le site WANALAB.FR

Facebook

 

Leave a Comment