gtag('config', 'UA-139469104-4', { 'optimize_id': 'GTM-KCGS4VF'});

Le FMI met à disposition 50 milliards de dollars pour lutter contre le coronavirus

  • Home
  • News
  • Le FMI met à disposition 50 milliards de dollars pour lutter contre le coronavirus
Le FMI met à disposition 50 milliards de dollars la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et du président du Groupe de la Banque mondiale

Le FMI met à disposition environ 50 milliards de dollars, par le biais de ses mécanismes de financement d’urgence, à décaissement rapide. Pour les pays à faible revenu, et les pays émergents, qui pourraient potentiellement solliciter un soutien.

Sur ce montant, 10 milliards de dollars sont disponibles, sans intérêt pour les membres les plus pauvres, grâce à la facilité de crédit rapide.

Discours d’ouverture de la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, lors d’une conférence de presse conjointe, avec le président du Groupe de la Banque mondiale « David Malpass ». Sur la réponse au coronavirus:

Déclaration de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et du président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass

Déclaration de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et du président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass

« Bonjour! David Malpass et moi avons commencé tôt aujourd’hui, avec une conférence téléphonique à 7 heures du CMFI – l’organe directeur du FMI représentant nos 189 États membres. Avant d’aller plus loin, permettez-moi d’exprimer ma plus profonde sympathie pour toutes les souffrances que l’épidémie provoque.

Nous reconnaissons tous que la situation de propagation du coronavirus est très grave, et pourrait bien empirer. Cela nous concerne tous. Je commencerai par expliquer pourquoi j’estimais nécessaire d’avoir cet appel:

Premièrement:

pour placer nos scénarios sur l’impact potentiel sur l’économie mondiale, dans le contexte de ce que nous savons et de ce que nous ne savons pas encore, sur le coronavirus.

Deuxièmement:

se concentrer sur un cadre de réflexion sur le choc, et sur la manière dont nous – les membres, le Fonds et d’autres institutions mondiales – pouvons soutenir les personnes touchées par cette crise, de manière efficace et coordonnée.

Et Troisièmement:

dans cet esprit de coopération, apprendre les uns des autres, en particulier des personnes les plus exposées à l’épidémie.

Ce que nous savons :

Nous savons que la maladie se propage rapidement. Avec plus d’un tiers de nos membres directement touchés. Ce n’est plus un problème régional, c’est un problème mondial, qui appelle une réponse mondiale.

Nous savons également qu’il finira par reculer, mais nous ne savons pas à quelle vitesse cela se produira.

Nous savons que ce choc est quelque peu inhabituel, car il affecte des éléments importants de l’offre et de la demande:

  • L’offre sera interrompue en raison de la morbidité et de la mortalité, mais aussi des efforts de confinement. Qui restreignent la mobilité et les coûts plus élevés des affaires en raison de chaînes d’approvisionnement restreintes, et d’un resserrement du crédit.
  • La demande diminuera également en raison de l’incertitude accrue, des comportements de précaution accrus, des efforts de confinement, et de l’augmentation des coûts financiers qui réduisent la capacité de dépenser.
  • Ces effets vont déborder au-delà des frontières.

L’expérience suggère qu’environ un tiers des pertes économiques, liées à la maladie seront des coûts directs:

pertes de vie, fermetures de lieux de travail et quarantaines.

Les deux tiers restants seront indirects, reflétant un recul de la confiance des consommateurs, et du comportement des entreprises, et un resserrement des marchés financiers.

La bonne nouvelle est que les systèmes financiers, sont plus résistants qu’avant la crise financière mondiale.

Cependant, notre plus grand défi à l’heure actuelle, est de gérer l’incertitude.

Dans tous les scénarios, la croissance mondiale en 2020, sera inférieure au niveau de l’an dernier.

Il sera difficile de prévoir jusqu’où il ira, et pendant combien de temps, et cela dépendra de l’épidémie. Mais aussi de la rapidité, et de l’efficacité de nos actions.

Cela est particulièrement difficile pour les pays dont les systèmes de santé et les capacités de réponse sont plus faibles.  Appelant à un mécanisme de coordination mondial, pour accélérer la reprise de la demande et de l’offre.

Comment répondre au niveau des membres:

La priorité numéro un en termes de réponse budgétaire, est de garantir des dépenses de santé, de première ligne. Pour protéger le bien-être des personnes, prendre soin des malades, et ralentir la propagation du virus.

Je ne saurais trop insister sur l’urgence d’intensifier les mesures liées à la santé, et sur la nécessité d’assurer la production de fournitures médicales, afin que l’offre soit à la hauteur de la demande.

Deuxièmement, des actions de politique macro-financière peuvent être nécessaires, pour faire face aux chocs d’offre, et de demande. Oue j’ai mentionnés ci-dessus.

L’objectif devrait être de mettre l’accent sur des actions «sans regret», qui raccourcissent et atténuent l’impact économique.

Ils devraient être opportuns, et ciblés sur les secteurs, les entreprises et les ménages les plus touchés.

Un affaiblissement généralisé de la demande, par le biais de canaux de confiance, et de retombées – y compris le commerce et le tourisme, les prix des produits de base, et des conditions financières plus strictes. Exigerait une réponse politique supplémentaire, pour soutenir la demande, et garantir une offre de crédit adéquate.

Troisièmement, une liquidité adéquate sera également nécessaire, pour compenser les risques de stabilité financière.

En bref: la situation évolue rapidement, et nous devons être prêts à apporter une réponse plus énergique, et coordonnée si les conditions l’exigent.

Dans ce sens, je salue la déclaration faite hier par le G7 selon laquelle ils sont prêts à continuer de coopérer sur des mesures opportunes, et efficaces.

Comment le Fonds peut aider 

Pour sa part, le Fonds est prêt à aider ses membres. De nombreux membres sont à risque, notamment ceux dont les systèmes de santé sont faibles. L’espace politique inadéquat, les exportateurs de produits de base. Exposés aux chocs des termes de l’échange,et d’autres qui sont particulièrement vulnérables aux retombées.

Je suis particulièrement préoccupé par nos membres à faible revenu, et plus vulnérables – ces pays pourraient voir leurs besoins de financement augmenter rapidement, à mesure que le coût économique, et humain du virus augmente.

Notre personnel travaille actuellement à l’identification des pays vulnérables, et à l’estimation des besoins de financement potentiels, en cas de nouvelle détérioration de la situation.

Le Fonds dispose de ressources pour soutenir les membres:

Grâce à la générosité de nos actionnaires, nous avons environ 1 billion de dollars de capacité globale de prêt.

Pour les pays à faible revenu, nous disposons d’un financement d’urgence, à décaissement rapide pouvant aller jusqu’à 10 milliards de dollars (50% du quota de membres éligibles).

Auquel il est possible d’accéder, sans un programme à part entière du FMI.

D’autres membres peuvent accéder à un financement d’urgence via l’instrument de financement rapide.

Cette facilité pourrait fournir environ 40 milliards de dollars. Pour les marchés émergents qui pourraient potentiellement nous contacter pour un soutien financier.

Nous avons également le Catastrophe Containment and Relief Trust – le CCRT. Qui fournit aux pays éligibles des subventions initiales. Pour l’allègement du service de la dette du FMI venant à échéance.

Le CCRT s’est avéré efficace lors de l’épidémie d’Ebola de 2014. Mais il est maintenant sous-financé avec un peu plus de 200 millions de dollars disponibles. Contre des besoins possibles de plus d’un milliard de dollars.

J’ai appelé les pays membres à veiller à ce que cette facilité soit entièrement rechargée et prête pour la crise actuelle.

En bref, Notre message commun au public est le suivant:

Le Fonds est pleinement déterminé à soutenir nos pays membres, en particulier les plus vulnérables.

Nous avons les outils pour vous aider; et Nous travaillons en étroite collaboration  avec nos institutions partenaires.

David Malpass As President

 

 

Leave a Comment